* *
* *
Venir voler à Senlis...

Météo de la région...
pleinchamp.jpg

meteo_consult.jpg

meteo_f.jpg

Notre belle ville...

- Découvrir Senlis...
- Les visites historiques...
- Les environs de Senlis...
- Senlis en calèche...

Galerie

Fonds d'écran

  Galeries photo 
 Les beaux gestes 

Check list

A-Introduction

Construction

Divers

Electrique

Fun

Idées lecture

Le blog des copains (bis)

Pratiquer le vol en salle

Radio

Récréation

Souvenir des Voeux

Vol En Salle...

_Nos réalisations

_Vie du club

Nos partenaires...

logo_ville_de_senlis.jpg
logo_departement.gif

Fréquentation

   visiteurs

   visiteur en ligne

Connexion...
 Liste des membres Membres: 169

Votre pseudo:

Mot de passe:

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


  Membre en ligne: 0
  Anonyme en ligne: 1
_Nos réalisations - Hurricane de JPB


 Hurricane au 1/6ème
Par JPB, le 10/10/2012.


Le « SPITFIRE » tout le monde le connait ou presque, le « HURRICANE » un peu moins. Sir Sydney CAMM, l’ingénieur en chef de chez HAWKER, en mettant au point le premier avion Britannique à dépasser les 300 Mp/h (480 KM/h), fournira à la RAF un avion qui constitua l’épine dorsale du Fighter Command lors de la Bataille d’Angleterre. Durant ces quelques mois de l’été 40 ou « un si grand nombre d'hommes n'ont dû autant à un si petit nombre » le HURRICANE s’adjugera le plus grand nombre de victoire. Construit tout au long de la guerre en multiples versions et servant sur tous les théâtres d’opérations, son palmarès est éloquent, allant jusqu’à détenir plus de la moitié des victoires obtenues par les Britanniques à la fin de la guerre.

En ce qui concerne le modèle que je vais vous présenter tout au long de sa « longue » construction, c’est la version Mark II A. Sorti en septembre 40, il fut le plus rapide des HURRICANE avec 560 Km/h.

Ce kit, puisqu’il s’agit d’un kit et non d’une construction partant d’un ‘’fagot de bois’’, est fabriqué en Asie (et oui, encore !!). C’est un avion ARTF (Almost Ready To Fly), presque prêt à voler. Le fuselage est en fibre de verre et les ailes en structure bois, le tout étant déjà peint et décoré.  L’echelle est le 1/6 ème à quelques cm près. Son envergure et de 2.07m, son poids devrait avoisiner les 8 Kg. Le moteur LAZER choisis pour animer la « bestiole » est un 30 cm3, 4 temps, fabrication Anglaise (normal pour un HURRICANE). Le train rentrant pneumatique provient des US.

La construction ou l’assemblage n’est pas très compliquée, ou cela se corse c’est les détails « maquette » qui vont me prendre le plus de temps. Vous allez comprendre plus loin. Ce qui ne faut pas oublier c’est qu’à la fin l’ « oiseau » doit voler et le mieux possible.

Voilà pour l’histoire. Place à la construction.

 

p4090010.jpg

Le fuselage et la partie centrale de l’aile, dessus.

p4090013.jpg

Le fuselage et la partie centrale de l’aile, dessous.

p4090014.jpg




p4090010.jpg

La première partie de rigolade, ça à été le radiateur ventral. L’extérieur qu’il a fallu découper fait partie du kit, mais l’intérieur est de toute pièce. C'est-à-dire sorti de la boite à rabiot. Cadre en balsa sur lequel je suis venu coller une grille en provenance de la cuisine. La grille qui évite les projections d’huile. Au centre une lamelle de tube Ø50 en PVC et quelques bouts de plastique. Un peu de peinture noir, un peu de gris et cela prend forme.

 

33m10.jpg   img_8710.jpg

 

Sur l’aile, il y avait deux emplacements pour simuler les phares d’atterrissage. Je les ai élargis et j’y ai ajouté une parabole provenant d’une lampe de poche de chez « DECATRUC » et d’une LED haute luminosité.  Ils s’allumeront dès que je mettrai un cran de volet pour atterrir.

 

p8220010.jpg   p8220011.jpg

 

Le pipes d’échappement modifiées par l’ajout de tube laiton collés et mastiqués. Un voile provisoire de peinture noir y est appliqué.

On aperçoit l’antenne radio, constitué d’une âme en CTP en sandwich dans du balsa puis poncé à la forme. Une prise « banane » assurera le montage et démontage.

Voilà pour la mise en bouche.


p4090016.jpg

Ha, au fait ! Le pilote est tout trouvé.  Keith GORDON devrait s’occuper du pilotage le moment venu ! !

- 03/10/12: Je vous propose la suite:


img_0211.jpg

Les bouts d’aile ont été collés sur la partie centrale avec la clé d’aile (pour la solidité). Cela fait donc 2m07.
 

Le phare d’atterrissage gauche avec son cache transparent maintenu en place avec du scotch aluminium sur lequel j’ai simulé les têtes de vis.
 

Comme l’aile est assemblée, je me suis attaqué aux volets d’atterrissage en deux partie de chaque coté. J’y ai rajouté quelques fausses nervures (qui restent à peindre) pour garder l’aspect maquette. Un servo commande chaque grand volet, qui à son tour actionne le petit volet par le biais d’une corde à piano. (pas facile l’explication).
 

Deux vis très visibles étaient prévues pour la fixation de l’aile sous le fuselage. J’ai revu cela en positionnant les deux fixations  à l’intérieur des  emplacements des volets.

Voilà pour ce soir.

Je vais bientôt aller me coucher et faire de beaux rêves aux commandes de mon Hurricane au dessus des falaises de « Douvres ».

 
- 30/11/12: Je vous propose la suite: 


Bon, un oiseau comme cela demande un peu d’énergie pour « se libérer des emprises de la terre ».  Il lui faudra du carburant pour le moteur, de l’air sous pression pour le train rentrant et de l’électricité pour la bougie au moment du démarrage. Ca fait beaucoup de prises ou bouchons très moches. Il fallait les cacher le plus possible pour le « look ».

Photo 1.jpg
-

Sur le dessus du fuselage, devant le cockpit, il y avait deux lignes en creux qui simulait des trappes. Je les ai rendu fonctionnelle en les découpant, puis en les recréant avec de la tôle offset de 0.3 mm montées sur charnières. Dans le fuselage, deux petits coffres en CTP incorporant les prises diverses ont été collé. Voilà, ni vu, ni connu. Au fait, j’oubliai de vous dire que les trappes sont maintenues fermées par deux petits aimants, pour éviter qu’elles ne s’ouvrent en vol.

Retour sur l’aile.
Les puits de roue étant placés dans l’axe du fuselage et juste derrière l’échappement du moteur, il faut protéger tout ça.

D’origine, dans le kit, il y avait bien des habillages en « plastoc » un peu moche et surtout plus adapté au train rentrant prévu.

  Photo 3.jpg
 

On reprend  la « doc » sur le Hurricane et on rhabille les puits de roue avec du carton plume 3mm (pour le poids) recouvert de scotch alu. Au milieu on réalise deux trappes pour avoir un accès de maintenance aux durites d’air et câblages divers. Avant de coller et fermer tout cela, on passera sur le bois susceptible d’être atteins par du carburant, un léger film de résine.

Photo 4.jpg

Rapidement, je passerai un voile de peinture gris sur l’ensemble du puits de roue et en grattant, par ci par là, la peinture, l’aluminium apparaîtra.

 

- 10/12/12: Je vous propose la suite:


Pour la roulette de queue, il fallait trouver quelque chose de réaliste, de solide, mais surtout, il fallait que cela soit léger.

Un ami « tourneur fraiseur » m’a réalisé la fourche en titane et l’axe vertical en aluminium. Je l’ai habillé de deux petits tubes d’alu insérés l’un dans l’autre pour imiter l’amortisseur, courbé un peu l’axe vers l’arrière pour respecter plus ou moins  l’angle du vrai, et enfin un petit palonnier, avec deux vis Ø 3 mm, qui sera raccordé par deux petits câbles au servo de dérive disposé tout à l’avant du fuselage. Comme cela au roulage, l’avion est plus facile à manœuvrer.

  Photo 6.jpg

En place dans le fuselage...

Photo 7.jpg

Avec son capot...

Pour info, voici la roulette fournie dans le kit. Elle a le mérite d’exister, mais vous avouerez que cela ne le fait pas du tout.

Photo 8.jpg

Cela valait le coup de trouver autre chose....

Après les hors d’œuvres présentés ci-dessus, je me suis attaqué au plat de résistance car depuis quelques jours je suis sur la réalisation d’un poste de pilotage digne de ce nom. Voici en résumé, mais en détails quand même, les premières étapes de la réalisation.

Le HURRICANE avait pour structure un treillis en aluminium qui partait du support moteur jusqu'à la dérive. Le tout était habillé de bois et de tôle d’aluminium.
Pour rendre la chose réaliste, il fallait donc créer la partie du treillis visible depuis le cockpit.
D’après des photos de différentes revues sur « l’oiseau de guerre » j’ai collé des tubes plastiques afin d’imiter au mieux le treillis, avec des inserts plus petits dans les angles pour la solidité. Je vous rappelle que cela va vibrer d’enfer lors des vols.
Photo_9.jpg













Quelques bouts de tubes alu, de plaques de styrène de différentes épaisseurs, de la tôle offset 0.5 voir même 0.3/10ème pour les consoles et le siège et cela commence à ressembler.




Il reste encore pas mal de boulot plus la peinture à venir,  mais c’est des bons moments.

 
- 29/01/13: Je vous propose la suite:

 
Par ces temps pluvieux, je me suis attaqué au « manche à balai ».
Deux, trois bouts d’alu, un peu de carte plastique, quelques petits fils électrique et le tour est joué.
Maintenant, l’avion va pouvoir traverser la Manche.
Une petite mise en place de la structure dans le fuselage avec les fixations et les guides pour les commandes de dérive et de roulette de queue. 




Cela prend forme, « but it’s a long way ».


Mise en place des consoles latérales en balsa (pour le poids) et qui resteront brut jusqu'à la mise en peinture pour imiter au mieux le bois du vrai. Du coté droit était présent une trappe dévérouillable pour l’entretien du cockpit.


Du coté gauche on retrouvera entre autres quelques interrupteurs, une console avec  « mano », un limiteur de débit d’oxygène, la manette des gaz (absente).


Et derrière le siège, la plaque de blindage avec ses rivets.

- 07/02/13: Je vous propose la suite:

Bon, avant de passer à la peinture, j'ai commencé le tableau de bord, et la première des choses à été de redessiner tous les "manos" et cadrans divers présents.
Je me base sur un tableau de bord pour un célèbre jeux vidéo "IL2" et de photos des vrais tableaux de bord.
Photo 24.jpg

J'utilise Photoshop et Illustrator. Je les dessine à taille réelle et après je les mets à l'échelle voulue, ici bien sur le 1/6ème.
Ici par exemple, le niveau de carburant.

Voilà, l’ensemble des ‘’ manos’’  du tableau de bord sont dessinés et imprimés sur du papier photo brillant. Des doubles ont été fait au cas ou le cutter déraperai !
La planche du tableau de bord est découpée et agrémentée de divers support de ‘’manos’’ en relief.
Un coup de peinture noir à venir puis le découpage soigné des ‘’manos’’ et on les collera soit derrière la planche ou à l’intérieur des supports en relief.


- 05/03/13: Je vous propose la suite:
Depuis quelques jours, la peinture de fond à été appliquée sur le tableau de bord ainsi que sur la structure et les accessoires du cockpit.
Photo 28.jpg



Installation dans le fuselage.
Comme si vous y étiez ! !
Photo 30.jpg


Il reste encore à venir, le compas, le collimateur et le mano de pression des freins entre les pieds....



- 13/03/13: Je vous propose la suite:
 
Le cockpit étant pratiquement terminé, il va falloir le remplir.
La décoration présente à l’origine sur ce kit représente le DT – A, un Hurricane piloté à l’époque de la Bataille d’'Angleterre par  le Squadron Leader Robert Stanford Tuck.
Photo 32.jpg
 
La figurine (allégée) envisagée pour occuper le cockpit était au départ Keith Gordon le pilote RAF de chez BBI (voir plus haut), mais voilà que je m’aperçois que la « bouille » de l’autre pilote de la RAF aussi de chez BBI, Donald Moore est très ressemblant avec ses moustaches « so Britich ».

 Je vais donc faire un mixage des deux.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 






 

 







retour-suivant-gif-027.gif


Date de création : 12/10/2012 @ 13:20
Dernière modification : 13/03/2013 @ 09:16
Catégorie : _Nos réalisations
Page lue 6389 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

^ Haut ^